05 novembre 2013

La fatigue et l'adolescent.


Cyberbullying_EDIT-ILL_FR[1].jpg




Vous êtes parents et vous entendez souvent les mêmes phrases de la bouche de votre ado…?

« J’arrive pas à m’endormir ».
« Je ne dors qu’à moitié ».
« En classe je suis crevé ».
« J’en ai marre, tout le monde me gonfle ».

Le syndrome de la fatigue chronique chez l’ado est très fréquent !

Cette fatigue signifie toujours quelque chose. Que peut-elle nous dire? Quelles réponses apporter ?

L’adolescent peut éprouver l’émotion de la peur, que celle-ci soit consciente ou inconsciente elle aura un impact sur le comportement de l’adolescent.
Cette émotion peut être vécue à cause de tous les changements que l’ado vit dans sa vie, il peut avoir difficile de les intégrer (scolarité, corps, valeurs, priorités, hormones, sociabilité,…).
Tout change ! Et peut-être trop vite pour lui, d’où le problème d’adaptabilité donc de stress permanent.
L’énergie est alors pompée constamment et peut-être mal renouvelée d’où la fameuse expression « Vous me pompez l’air ».

L’image quelque peu irritante de l’adolescent vautré, levé à midi, abusant du leit-motiv de sa fatigue à toute demande d’effort, ne doit pas faire oublier que le problème existe objectivement : plus de 40% des adolescents scolarisés se disent fatigués, en perte d’activité physique, intellectuelle et psychique.
L’adolescent peut ressentir une frustration également car il n’accepte pas ce manque de vitalité, il ne trouve pas cela normal…

Il est important que votre adolescent sache et comprenne ce qu’il vit.

Face à ces manifestations, pas d’autre choix que d’opter pour la prise en compte rapide des troubles perturbateurs de l’état physique et psychique de l’adolescent, car les conséquences de la fatigue sont souvent lourdes. Les bons gestes conjuguent écoute bienveillante, mais ferme, et sollicitation d’aides médicales ou autres. Mais aussi, le plus possible, des règles de vie équilibrée pour toute la maison, offrant un environnement rassurant.

N’oubliez pas de temps en temps de jeter un œil dans son assiette car une alimentation saine et équilibrée joue un rôle important.

Décryptez ses paroles qui cherchent à rationaliser sa passivité :

« Rien ne l’intéresse parce que rien n’est intéressant » !

Il est bien souvent aussi question de « motivation ».

Et surtout n’hésitez pas à consulter votre médecin en cas de problème plus sévère et afin qu’il puisse vous faire un bilan de l’état de santé de votre adolescent.

Soyez patient et vigilant … tout s’arrange en son temps !

Mais n’oubliez pas de faire comprendre à votre ado que c’est lui qui doit faire le travail et non vous-même. Vous pouvez l’aider en mettant la machine en route…

fatigue-chronique[1].jpg

Écrit par Patricia Genneret | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer | |